Le Mariage en Islam

« Si le serviteur se marie, il a complété la moitié de sa religion qu’il craigne Allah dans l’autre moitié »
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ne néglige pas ta femme et tes enfants sous ta responsabilit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
le mariage en islam
Admin


Nombre de messages : 317
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Ne néglige pas ta femme et tes enfants sous ta responsabilit   Jeu 29 Nov - 23:13

Rappel aux frères de ne pas négliger leurs épouses et leurs enfants qu'Allah a mis sous leur responsabilité et dont ils ne se préoccupent pas




Shaikh Abu 'Aasim


Prends garde ô serviteur d'Allah à la négligence envers ta femme et tes enfants, sois pour eux de bonne compagnie, et crains Allah à travers eux.

Cher frère : ce qui requiert notre considération est que nous prenions soin de nos âmes qui sont le fruit de nos entrailles (litt."entre nos côtes") de deux manières : l'apprentissage et la purification (tazkiyah).

Allah a dit :


{رَبَّنَا وَابْعَثْ فِيهِمْ رَسُولاً مِنْهُمْ يَتْلُو عَلَيْهِمْ آيَاتِكَ وَيُعَلِّمُهُمُ الْكِتَابَ وَالْحِكْمَةَ وَيُزَكِّيهِمْ إِنَّكَ أَنْتَ الْعَزِيزُ الْحَكِيمُ }

"Notre Seigneur! Envoie l'un des leurs comme messager parmi eux, pour leur réciter Tes versets, leur enseigner le Livre et la Sagesse, et les purifier. Car c'est Toi certes le Puissant, le Sage!"
[Al-Baqarah : 129]

Il y a donc deux éléments avec lesquels on obtient la réussite de nos âmes auprès de notre Seigneur in shaa Allah.

Etant donné que nous devons prendre soin d'éduquer nos âmes et de respecter ses droits, alors nos familles et nos enfants sont également entre nos mains. Et comme on dit, nos enfants grandissent et évoluent (litt. "nos progénitures marchent sur la terre") , nous devons donc leur être de bonne compagnie, et craindre Allah à travers eux. Et combien sont ces hizbiyûn qui délaissent leurs enfants et leurs épouses, et malheureusement, ils sont le dernier de leurs soucis, ils ne daignent jamais "lever leur tête" pour eux, et ils ne font pas attention à leurs affaires et ne veillent pas à leurs intérêts. En fait ils sont la dernière de leur préoccupation, et malheureusement on trouve des chefs de famille qui ne se préoccupent que d'eux-mêmes et c'est une réalité.

Il (le frère) prend soin de raccourcir ses habits, de laisser pousser sa barbe, de mettre du parfum et qu'Allah le récompense par le bien. Et ceci se répète à chaque fois qu'il sort de chez lui et appelle les gens à Allah, pour appliquer l'ordre d'Allah dans la Da'wah. Il atteint même la limite de ses efforts en cela, jazâh Allahu kheyran, mais nous lui demandons : mon frère, à qui as-tu laissé les gens de ton foyer ? Ton épouse bien-aimée, la mère de tes enfants chéris ? Et tes enfants, qui s'en occupe après que tu t'en ailles et à qui les as-tu laissés akhi al-karîm ? Notre Prophète ( ) était-il ainsi ? Nous a –t-il conseillé cela ?

Pourquoi ceux qui font preuve d'une telle piété aujourd'hui réfléchissent peu ? Ou alors est-ce de la négligence ? Où en sommes-nous véritablement par rapport aux instructions du Coran et de la Sunnah ? Notre comportement avec nos familles est très étonnant par Allah et c'est à Allah que nous nous plaignons. Cette responsabilité n'est-elle pas une charge que nous devons assumer ? Qui se chargera de cette énorme responsabilité si nous ne le faisons pas ?

Tout commence véritablement au sein du foyer, et non à l'extérieur, comme c'est le cas aujourd'hui, et par Allah, c'est une erreur. Et cela ne durera pas car ce qui est bâti sur le mauvais aura pour résultat le mauvais.

Ce qu'Allah nous a accordé comme épouses et enfants est une richesse (rizq) de Sa part et un énorme bienfait, par Allah, il n'y a pas plus honorable et plus important que cela. Combien de personnes se sont vu interdire ce bienfait et cette richesse ? Allah a dit :


{وَاللَّهُ جَعَلَ لَكُمْ مِنْ أَنْفُسِكُمْ أَزْوَاجاً وَجَعَلَ لَكُمْ مِنْ أَزْوَاجِكُمْ بَنِينَ وَحَفَدَةً وَرَزَقَكُمْ مِنَ الطَّيِّبَاتِ أَفَبِالْبَاطِلِ يُؤْمِنُونَ وَبِنِعْمَتِ اللَّهِ هُمْ يَكْفُرُونَ}

"Allah vous a fait à partir de vous-mêmes des épouses, et de vos épouses Il vous a donné des enfants et des petits-enfants. Et Il vous a attribué de bonnes choses. Croient-ils donc au faux et nient-ils le bienfait d'Allah?"
[An-Nahl : 72]

Et SubhânAllah ! Pour ce qu'il se produit comme animosité, Allah nous ordonne l'indulgence et la miséricorde envers eux :


{يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا إِنَّ مِنْ أَزْوَاجِكُمْ وَأَوْلادِكُمْ عَدُوّاً لَكُمْ فَاحْذَرُوهُمْ وَإِنْ تَعْفُوا وَتَصْفَحُوا وَتَغْفِرُوا فَإِنَّ اللَّهَ غَفُورٌ رَحِيمٌ}

"Ô vous qui avez cru, vous avez de vos épouses et de vos enfants un ennemi (une tentation). Prenez-y garde donc. Mais si vous (les) excusez, passez sur (leurs) fautes et (leur) pardonnez, sachez qu'Allah est Pardonneur, Très Miséricordieux."
[At-Taghâbun : 14]

Donc cher frère, ô combien sont nombreux ces bienfaits qu'Allah nous a accordés, et il nous faut absolument éviter de ne pas être reconnaissant des bienfaits, qui sont innombrables et incommensurables ou ne pas les considérer comme Allah nous l'a ordonné et éviter de ne pas améliorer nos mauvais comportements vis à vis de ces bienfaits pour un meilleur comportement, tel que nous l'a ordonné Allah.


{وَإِنْ تَعُدُّوا نِعْمَةَ اللَّهِ لا تُحْصُوهَا إِنَّ اللَّهَ لَغَفُورٌ رَحِيمٌ}

"Et si vous comptez les bienfaits d'Allah, vous ne saurez pas les dénombrer. Car Allah est Pardonneur, et Miséricordieux."
[An-Nahl : 18]


Sois vigilant frère en Allah ! C'est un sujet très sérieux et important, Allah a dit :

{ذَلِكَ بِأَنَّ اللَّهَ لَمْ يَكُ مُغَيِّراً نِعْمَةً أَنْعَمَهَا عَلَى قَوْمٍ حَتَّى يُغَيِّرُوا مَا بِأَنْفُسِهِمْ وَأَنَّ اللَّهَ سَمِيعٌ عَلِيمٌ}


"C'est qu'en effet Allah ne modifie pas un bienfait dont Il a gratifié un peuple avant que celui-ci change ce qui est en lui-même. Et Allah est, Audient et Omniscient."
[Al-Anfâl : 53]

Par Allah, nous sommes tous responsables devant notre Seigneur Le Très-Haut, et par Allah nous serons interrogés au sujet de notre conduite avec nos familles et nos enfants. Crains donc Allah ô serviteur d'Allah à travers ton foyer pour désormais diriger ton prêche et ton attention vers ton entourage, car Allah a dit à Son Prophète ( ) :


{وَأَنْذِرْ عَشِيرَتَكَ الْأَقْرَبِينَ}

" Et avertis les gens qui te sont les plus proches."
[Al-Shu'arâ : 214]

Et cela s'adresse à nous tous également. Alors avons-nous rempli cette charge qu'Allah nous a attribuée ? Al-Bukhari rapporte de Sâlim bin Abdillah, de Ibn 'Umar (radhiallahu'anhuma) que le Prophète ( ) disait : " Vous êtes tous des bergers." Et Al-Layth rajoute que Yunis a dit : Ibn Shihâb a écrit à Ruzayq bin Hakîm l'ordonnant de diriger la prière du vendredi et l'informa que 'Abdullah ibn 'Umar lui avait dit : "J'ai entendu le Prophète ( ) dire :


'Vous êtes tous des bergers et tout berger est responsable de son troupeau : l’imam (guide) est un berger pour les gens qu’il dirige et l’homme est un berger dans sa famille et il est responsable de son troupeau. La femme est une bergère au sein du foyer conjugal et elle sera responsable de son troupeau. Le domestique est un berger par rapport aux biens de son patron et il est responsable de son troupeau.' Je crois qu'il a également dit : ' L’homme est un berger par rapport aux biens de son père et il est responsable de son troupeau. Vous êtes tous des bergers et vous êtes responsables de vos troupeaux.'(Bukhari, 851)


Et Muslim rapporte dans son Sahih : d'après al-Hasan, 'Aad 'Ubeyd Allah bin Ziyad Ma'qil bin Yasâr Al-Muzani a dit lors de la maladie qui lui a coûté la vie : Ma'qil a dit : "Je vais te rapporter un hadith que j'ai entendu du Prophète et que je ne t'aurais pas transmis si j'avais su que je serai toujours en vie. J'ai entendu le Messager d'Allah dire :


'Nul parmi ceux à qui Allah a confié des affaires et meurt ayant été malhonnête dans ces affaires sans qu'Allah ne lui interdise le Paradis.'


Dernière édition par le Jeu 29 Nov - 23:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-mariage-en-islam.forumpro.fr
le mariage en islam
Admin


Nombre de messages : 317
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: Ne néglige pas ta femme et tes enfants sous ta responsabilit   Jeu 29 Nov - 23:15

Par Allah, je suis très surpris de voir les efforts que nous faisons à l'extérieur de nos foyers dans l'enseignements aux gens, leurs enfants et leurs familles, puis nous rentrons chez nous, nous voyons notre fils et nous lui crions au visage, nous rencontrons notre fille et nous nous renfrognons, alors qu'ils nous appellent "Abi, abi !" Nos épouses nous attendent avec impatience jusqu'à ce que revienne le chef de famille, celui qui occupe la première place dans leurs c½urs et dans leurs vies. Et voilà qu'ils sont choqués [par son attitude] et ils sont déçus : après une si longue période d'attente il ne parle ni ne répond à personne, que lui arrive-t-il ?

Il a un visage grimaçant et coléreux, La Hawla wa la Quwwata illah billah, il est fatigué et veut se reposer, mais cela ne durera pas longtemps lorsqu'il saura qu'un de ses amis a frappé à la porte alors qu'il s'avère que c'est une personne autre que celle qu'il attendait ! SubhanAllah ! Ya Akhi, n'étais-tu pas fatigué il y a quelques minutes ? N'étais-tu pas renfrogné ? N'étais-tu pas exténué il y a peu ? Pourquoi as-tu changé d'un coup ? Qu'est-il arrivé mon frère ?

C'est comme si tu t'étais réveillé ! Tu as délaissé les relations avec ton épouse et ta famille ou plutôt tu les as oubliés au point que ces relations se sont refroidies et même presque gelées. Ne crains-tu pas mon frère que par la suite tu ais besoin de ta femme et que tu ne la trouves pas à tes côtés ? Ne crains-tu pas qu'elle dévie et qu'elle s'attache à un autre que toi, qu'Allah l'en préserve, mais tout ceci par la faute de qui ? N'es-tu pas la cause principale de sa privation de plaisir ? Te rappelles-tu ce qu'il y avait entre vous comme intimité et bienveillance dans les débuts de votre mariage ? Où est cela maintenant ?

Et où est passé l'attachement que vous éprouviez l'un envers l'autre mon frère ? Interroge ton âme ô Serviteur d'Allah, cherche quand a commencé le problème et corrige les choses qu'Allah te reforme, avant que ne soit un jour où tu ne trouveras pour toi aucun exaucement ni même une faveur, sauve ta vie ainsi que toi-même, car elle est arrivée sans aucun doute, à une étape certes dangereuse.

Combien de personnes ayant souffert de cette situation avec leur famille, s'en sont plaint, [comme un homme], alors qu'il voyageait beaucoup et laissait sa famille qui l'empêchait d'effectuer ces voyages excessifs, par tous les moyens dont elle disposait. Son épouse était très attachée à lui mais il multiplia ses voyages ici et là. Le temps passa et arriva un moment où son épouse ne se souciait plus de ses voyages, pis encore par la suite, elle l'aidait pour ses voyages ! Puis le mari commença à douter d'elle et il découvrit par la suite que son épouse était effectivement, tombée dans la trahison. Sais-tu quelle en est la cause ? C'est son époux, et il reconnut qu'il vécut des jours très durs qui l'ont détruit lui et toute sa vie, et à la fin la famille s'est disloquée d'une manière étonnante, les choses ont changé, les deux époux se sont séparés et les enfants se sont dispersés. Il n'y a de force ni de puissance qu'en Allah Le Très Haut, Le Très Grand.

Voudrais-tu mon frère en Allah que ta vie soit semblable à ce que tu viens de lire ? Ne te rappelles-tu pas le Prophète et sa manière de vivre avec ses épouses si tu es vraiment sincère dans ta piété ? Et je me demande mes frères, si l'attachement se fait uniquement à certains cotés de la religion d'Allah ? Tout en négligeant les autres côtés ? Est-ce que ceci est une vie heureuse ?

Je te rappelle Ô Serviteur d'Allah les bienfaits d'Allah sur toi par quelques ahadith concernant la bonne cohabitation, peut-être réfléchiras-tu sur ton cas et que tu te ressaisiras tu avant qu'il ne soit trop tard et avant que n'arrive un jour où ni fortune ni descendance ne te seront utiles et où ton épouse et tes enfants s'accrocheront à toi te demandant des comptes de ce qui s'est passé dans ta vie avec eux. Alors lis et peut-être Allah te sauvera de ton état :

Mouslim a dit : Muhammad Ibn Abdillah Ibn Noumayr Al-Hamadani m'a rapporté de AbdAllah Ibn Yazid qui le tient de Haywa, qui lui-même le tient de Shurayhîl Ibn Shariik qui l'a entendu de Ibn Abd Ar-Rahman Al-Hubulî de AbdAllah Ibn 'Amr qui rapporte que le Prophète a dit:


"La vie est jouissance et la meilleure des jouissances terrestres est la femme pieuse."


Vois tu l'énorme bienfait dont tu disposes, alors qu'un autre que toi n'a pas trouvé ce bienfait et Alhamdulillah tu en profites, mais es-tu reconnaissant ?

Et Harmala Ibn Yahya , nous a dit Ibn Wahb m'a dit Yûnus m'a rapporté de Ibn Shihab, de Ibn al-Musayyib que Abi Hourayra a dit : Le prophète a dit :


"La femme est comme une côte, si tu essayes de la redresser tu la brises et si tu la laisses, tu en jouis alors qu'elle est tordue."


Ce hadith contient une recommandation en faveur des femmes : il encourage la patience envers elles, donc si tu détestes une chose en elle, tu aimeras en elle bien d'autres qualités, alors ne la critique pas sans cesse, ne te moque pas d'elle ne la rejette ou ne la néglige pas, sinon tu serais injuste.

Allah S'est interdit l'injustice à Lui-même et à Ses serviteurs. Muslim rapporte dans son Sahih :
Abdullah Ibn Abd Ar-Rahman Ibn Bahraam Ad-Daramiy nous a dit, Marouan (c'est-à-dire Ibn Muhammad Ad-Dimachqiy) nous a rapporté de Sa'id bin 'Abd Al-'Aziz, de Rabi'ah bin Yazid, de Abi Idrîs Al-Khawlâni, de Abi Dharr, que le Prophète ( ) a dit en rapportant de Son Seigneur :


"O Mes Serviteurs, je me suis interdit l`injustice et Je vous déclare que Je vous l`interdis. Ne soyez donc pas injustes les uns envers les autres. O Mes Serviteurs, chacun d`entre vous est un égaré, sauf celui que Je mène dans le droit chemin: demandez-Moi donc que Je vous mène, et Je vous y mènerai. O Mes Serviteurs, chacun d`entre vous est affamé, sauf celui que Je nourris, demandez-moi donc de vous nourrir, et Je vous nourrirai. O Mes serviteurs, chacun d`entre vous est nu, sauf celui que J`habille, demandez- Moi donc de vous habiller et Je vous habillerai. O Mes serviteurs, vous pêchez de nuit comme de jour et Moi Je pardonne tous les péchés, demandez-Moi donc de vous pardonner, et Je vous pardonnerai. O Mes serviteurs, en vain feriez-vous des efforts pour réussir à Me nuire et en vain pour réussir à M`être utiles. O Mes serviteurs, si du premier au dernier, homme ou génie, vous étiez aussi pieux que l`est celui au c½ur le plus pur d`entre vous, cela n`ajouterait rien à Mon Royaume. O Mes Serviteurs, si du premier au dernier homme ou génie, vous étiez aussi pervers que l`est celui d`entre vous au c½ur le plus pervers, cela ne diminuerait en rien Mon royaume. O Mes Serviteurs, si du premier au dernier, homme ou génie, vous vous teniez dans une seule région de la terre pour solliciter Mes faveurs et si J`accordais à chacun de vous sa demande, cela n`amoindrirait en rien Mes propriétés, pas plus que l’aiguille n`enlève quoi que ce soit à l`Océan en y pénétrant. O Mes serviteurs, ce sont vos actes seulement dont Je tiendrai compte, ensuite. Je vous rémunérerai d`après ceux-ci. Donc celui qui trouve le bonheur, qu`il rende grâce à Dieu et celui qui trouve autre chose, qu`il ne s`en prenne qu`a lui-même». Sa'id a dit : Quand Abu Idriss Al Khawlâni rapportait ce hadith, il s'agenouillait.


Et observe la cohabitation des hommes avec leurs femmes et observe l'exemple de ton Prophète avec son épouse Aïcha (radhiallahu'anha) : El-Boukhari a rapporté dans son Sahih d'après Aïcha :


"Il y eut onze femmes qui s'assirent ensemble et se donnèrent parole les unes aux autres de ne rien cacher du caractère de leurs époux.

"La première dit: "[Le caractère de] mon mari est [comme] la viande maigre d'un chameau; elle n'est pas grasse pour être désirée; [et il est difficile comme s'il est] sur le sommet d'une montagne qu'on ne peut gravir; [vous savez bien que] la montagne n'est pas aussi [facile que] la plaine.

"La deuxième: "Moi, je ne dirai rien sur le compte de mon mari; je crains ne plus m'arrêter; si je parle, je ne parlerai que de ses défauts."

"La troisième: "Le mien est d'une taille excessivement grande; si je parle, je serai répudiée, et si je ne dis rien, je vivrai en suspens."

"La quatrième: "Mon mari est comme la nuit de Tihâma [où il n'y a] ni chaud, ni froid, ni crainte ou ennui."

"La cinquième: "Mon mari, en rentrant, ressemble à un guépard et en sortant, il devient comme un lion; et il ne demande jamais de compte."

"La sixième: "Quant à mon mari, il mange [trop] en mêlant [plusieurs mets à la fois] et bois [en épuisant tout]. Il dort en me donant du dos et sans jamais introduire la main pour connaître ce qui peut me chagriner."

"La septième:"Le mien est un ghayayâ (ou: 'ayayâ') et un sot; tous ses défauts sont à l'extrême; il est capable de frapper à n'importe quelle partie du corps." (le ghayayâ' est l'idiot; et le 'ayayâ' est l'impuissant).

"La huitième: "Mon mari à moi, est doux [comme la fourure d']un lièvre et sentant bon [comme] le zarnab." (le zarnab est soit un parfum, soit une plante odoriférante).

"La neuvième: "Quant à moi, mon mari a 'une haute maison', 'une longue bandoulière, 'un immense tas de cendre et une demeure proche des réunions' [de son peuple]."

"La dixième: "Pour ce qui est de mon époux, c'est Mâlik! et quel Mâlik! Il est mieux que tous les Mâlik. (Autre traduction:Les qualités de Mâlik dépassent de loin de tout ce que l'on peut imaginer.)Il a des chamelles dont les enclos sont nombreux et les pâtures ne le sont pas; en entandant le son du mizhar, elles deviennent certaines de leur mort prochaine." (Le mizhar est un instrument de musique.Il paraît que ce Malîk accueillait ses hôtes en donnant l'ordre de jouer de la musique.)

"La onzième: "Mon [ex-]mari est Abu Zar`; et [comment vous décrire] Abu Zar`?Il a fait 'bouger mes oreilles de bijoux' et 'rempli mes bras de graisse'; il me faisait plaisir [au point où] j'étais toujours heureuse. Il m'a trouvée chez des gens n'ayant que quelques moutons et menant une vie difficile, et m'a mise au milieu de gens possédant chevaux, chameaux et champs. Chez lui, je parlais sans craindre le blâme, je dormais jusqu'à la matinée et je buvais jusqu'à satisfaction (fa'ataqannahu)... La mère d'Abu Zar! Ah! quelle mère que celle d'Abu Zar! Ses affaires sont impressionnantes et ses appartements vastes... Et le fils d'Abu Zar! Ah quel fils que celui d'Abu Zar! Sa couche était comme un fourreau dont le [sabre] est dégainé et une épaule de chevreau suffisait à le rassassier... Et la fille d'Abu Zar! Ah! quelle fille que celle d'Abu Zar! Elle ne contrariait jamais son père et sa mère; elle était sage et belle; elle excitait l'envie des voisines... Et la servante d'Abu Zar! Ah! quelle servante que celle d'Abu Zar! Elle ne divulguait jamais nos propos et ne gaspillait point nos provisions, elle 'ne remplissait pas les coins de notre maison d'ordures' (wa lâ tamla'u baytanâ ta'chîcha).
""[Un jour], continua-t-elle, Abu Zar, mon mari, sortit au moment où l'on remuait les outres à lait. Il rencontra/vit une femme ayant avec elle deux garçons pareils à deux guépards et qui jouaient près d'elle avec deux grenades... Il me répudia et se maria avec elle.
"Quand à moi, j'épousai un homme honorable. [Un jour], il enfourcha un cheval agile, prit une lance [et partit faire la guerre]. Il revint vers moi avec un grand troupeau et me donna une paire de chacun des animaux qu'il avait ramenés, et ce en me disant: Prends-en! ô Um Zar! et donne aux tiens!
""Mais si, termina-t-elle, je réunissais toutes les choses qu'il m'a données, cela n'égalerait pas fût-ce que le plus petit des récipients d'Abu Zar.""
'Aïcha: "Le Messager de Dieu m'a dit: "Je suis pour toi comme Abu Zar était pour Um Zar.""




Ceci est mon conseil pour moi même avant tout ensuite à toi ô serviteur d'Allah, que tu prévienne tes erreurs ou les répare, dans ta vie et précisément avec celle qui partage ta vie et la mère de tes enfants et de tes fils parmi eux , alors commence, si tu es sincére, par être juste et droit et traite les avec bienfaisance comme te l'a ordonné Allah. Et prends garde encore et encore au délaissement et à la préoccupation qui t'en éloigneraient, sans que tu ne leur accorde leurs droits, et tu en sera interrogé par Allah , et que diras tu alors ? Et Allah tient Ses promesses. Et que le salut d'Allah et sa bénédiction soit sur toi.



Tiré de sahab.net
Traduit par : Ummu-Anass & Oum-Aymen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-mariage-en-islam.forumpro.fr
 
Ne néglige pas ta femme et tes enfants sous ta responsabilit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tous les trois jours, une femme est tuée par son conjoint
» reclamation a mr zerwal
» La femme et les enfants de Mbuza Mabe parlent de la disparition du Général .
» Pour jeune femme fétichiste des sous-vêtements ...
» les photos de david Proux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Mariage en Islam :: LES DROITS ,LES DEVOIRS,L'ÉDUCATION :: L'ÉPOUX-
Sauter vers: