Le Mariage en Islam

« Si le serviteur se marie, il a complété la moitié de sa religion qu’il craigne Allah dans l’autre moitié »
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Diverses questions quand à la prise de la pilule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
le mariage en islam
Admin


Nombre de messages : 317
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Diverses questions quand à la prise de la pilule   Sam 5 Jan - 2:24

Diverses questions quand à la prise de la piluleShaykh ibn ‘Outheïmine ( rahimahoullah )





Questions :



  • A quel moment est-il permis d’utiliser la pilule contraceptive, et à quel moment lui est-il interdit ?
    - Y a-t-il un texte explicite à cela, ou bien un avis jurisprudentiel concernant le contrôle des naissances ?
    - Et est-il permis au musulman de pratiquer le ‘Azl pendant le rapport sexuel, sans aucune raison ?







Réponse [3]:



Les musulmans doivent accroître leur progéniture selon leurs capacités, car c’est ce qui a été ordonné par le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- dans sa parole :

« Épousez la féconde et affectueuse.
Certes, je surpasserais [en nombre] par vous …»


En effet, plus il y a de naissance et plus la communauté s’agrandit, et plus la communauté s’agrandit et plus c’est un honneur pour elle, comme Le Très Haut a dit s’adressant aux Bani-Israïl :


Traduction relative et approchée / S17 V6 :"Et Nous vous fîmes un peuple plus nombreux"




Et Chou’aïb a dit à son peuple :

Traduction relative et approchée / S7 V86 : "Rappelez-vous quand vous étiez peu nombreux et qu’Il vous a multipliés en grand nombre"


Et personne ne peut nier que plus la communauté est grande et plus son honneur et sa puissance sont grands ; Contrairement à ce que prétendent les gens de la mauvaise pensée qui croient qu’une grande communauté est une cause de pauvreté et de famine.

Lorsque la communauté est nombreuse et qu’elle s’en remet à Allah, et croit en Sa promesse qui se trouve dans Sa parole …

Traduction relative et approchée / S11 V6 : "Il n’y a pas une bête sur terre dont la subsistance n’incombe à Allah"


Alors Allah lui facilite ses affaires et l’enrichit par Sa générosité.





A partir de ce moment là, on commence à voir apparaître la réponse à notre question.
La femme ne doit pas utiliser la pilule contraceptive à moins que 2 conditions ne soient rencontrées :La première condition :>>>> Qu’elle en ait besoin



Par exemple, si elle est malade et ne peut supporter une grossesse par année, ou bien que son corps soit trop affaibli, ou bien qu’elle est un autre mal qui l’empêche d’enfanter chaque année.
>>>> La deuxième conditionQu’elle est la permission de son mari.



Car les enfants et le fait de procréer sont un droit du mari. En outre, ils doivent aussi consulter un médecin spécialisé dans ce domaine (c’est à dire les pilules) pour savoir si le fait de les utiliser peut nuire ou non à sa santé.


Si les deux conditions précitées sont réunies, alors il n’y a pas de mal à ce qu’elle utilise ces pilules.

>>>> Par contre, il ne faut pas que ceci ait une nature permanente, c’est à dire qu’elle les prenne tout le temps, car en faisant cela il y a une coupure de la progéniture.



Quant à la deuxième partie de la question :




Il est obligatoire pour elle de savoir qu’en réalité le contrôle des naissances est quelque chose d’impossible.

Car le fait qu’elle tombe enceinte ou non, tout ceci est entre Les Mains d’Allah -'Azza wa Jal-.

Si une personne voulait limiter ses enfants à un nombre précis, il se peut très bien qu’elle atteigne ce nombre puis ensuite les perdre (tous en même temps) à cause d’une épidémie dans une même année, et par conséquent il ne lui restera plus aucun enfant et plus de descendance.



>>>> Et le fait de limiter une chose, ceci n’est pas admissible dans la loi Islamique (Chari’a).



Cependant, la contraception se limite à la nécessité comme il a été mentionné dans la première partie de la réponse.




Quant à la troisième partie de la question qui concerne plus particulièrement le ‘Azl pendant le rapport sexuel sans aucune raison :


La parole des savants la plus authentique est que ceci est permis.



Ceci est basé sur le Hadith de Jabir -Qu'Allah l'agrée- :

« Nous pratiquions le ‘Azl alors que le Coran descendait » (c’est-à-dire à l’époque du Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui-)




>>>> Si cet acte était interdit, Allah l’aurait interdit .

Cependant les gens de science disent qu’il (l’homme) ne doit pas faire le ‘Azl avec la femme libre (non esclave) si ce n’est avec sa permission.

>>>> C’est-à-dire qu’il ne doit pas faire le ‘Azl avec sa femme si ce n’est avec son accord car le fait d’avoir des enfants est (aussi) son droit (à elle).

Et s’il fait le ‘Azl sans son accord ceci réduira son plaisir (à elle) car le plaisir de la femme n’est complet qu’après que celui-ci ait éjaculé et c’est pour cela que nous donnons comme condition que ce soit fait avec sa permission.





[1] Voir Fatawal Mar-a page 98/99
[2]
Hadith Sahih rapporté par Ahmad, abou Dawoud, an-Nassaï, ibn Hibbane, at-Tabarani et d’autres.
[3]
Fatawa de Cheikh ibn ‘Otheïmine (vol 2/ page 764)

http://al-mumtahanah.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-mariage-en-islam.forumpro.fr
le mariage en islam
Admin


Nombre de messages : 317
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: Diverses questions quand à la prise de la pilule   Sam 5 Jan - 2:25

Les conditions,Les différentes méthodes de contraception et leurs jugements en IslamShaykh ‘Obeïd al Jabiri

Étant donné les nombreuses ambiguïtés concernant la contraception, nous avons décidé d’apporter quelques éclaircissements concernant ce domaine, car si certains savants autorisent la contraception dans le cas où la « nécessité » se manifeste, la notion de « nécessité » reste relative selon les situations voir peut-être un faux prétexte quelquefois, par conséquent nous exposerons certains cas de figures pour savoir s’ils peuvent être considérés comme des cas de « nécessité », afin de savoir si ces femmes sont en droit d’utiliser une méthode contraceptive ou non, d’une part, et d’autre part, si la méthode contraceptive et son mécanisme ont une influence sur son jugement (Halal ou Haram/ déconseillé ou non) :


Ce qui suit est l’extrait d’une conversation téléphonique avec le cheikh ‘Obeïd al Jabiri -qu’Allah le préserve- :

La sœur : - « Voici certaines questions provenant de plusieurs sœurs concernant la contraception... Effectivement nous avons beaucoup de questions à ce sujet.. »

Le Cheikh : - « La contraception ? »

La sœur : - « Oui, la contraception, et la première partie de la question concerne les moyens de la contraception, et Allah n’a pas honte de la vérité : Alors qu’en est-il du ‘Azl ? Est-ce que ce moyen est…

Le Cheikh : - « Le ‘Azl est permis si besoin est, avec un commun accord entre les deux époux, si la femme et son mari se sont mis d’accord.

Et il fait partie des moyens contraceptifs, mais il faut au préalable qu’il y ait des raisons valables: par exemple si la femme est très féconde ou bien qu’elle n’accouche que par césarienne, et qu’elle en a fait plusieurs! En fait, il y a la contraception totale et il y a l’organisation des grossesses.

>>>> L’organisation a lieu si la femme est très féconde, et ce, elle le sait par expérience, et bien dans ce cas il lui est permis de pratiquer le ‘Azl ou d’autres moyens, pour organiser ses grossesses de sorte à laisser une marge entre les deux naissances.

Par exemple trois ans, et trois suffisent pour que la femme puisse éduquer l’enfant précédent. Donc dans ce cas le ‘Azl et les autres moyens sont permis.

Quant à la contraception elle a lieu lorsqu’une grossesse serait nuisible à la femme et représenterait un danger pour sa santé, alors il lui est permis d’employer des contraceptifs, ou bien qu’elle se mette d’accord avec son mari pour pratiquer le ‘Azl, sachant que ce n’est pas un contraceptif garanti. Ou bien elle se met d’accord avec son mari pour nouer les trompes ou d’autres moyens contraceptifs

La sœur: - « Donc tous les moyens que je vais citer sont des moyens contraceptifs permis: le stérilet, la pilule ou ..

Le Cheikh : - « Ce qui apparaît c’est qu’il n’y a pas d’interdit, d’après ce que j’ai compris, il lui est permis d’utiliser les moyens contraceptifs si elle est sûre qu’une grossesse pourrait lui être nuisible, et représenterait un danger pour sa santé.

Quant au fait d’organiser les grossesses je l’ai expliqué précédemment, nous différencions le fait d’organiser ses grossesses et le fait d’empêcher les grossesses.

Empêcher une grossesse n’est pas permis sauf si elle est sûre que cela lui est nuisible et représente un danger pour sa santé, et qu’elle a peur pour sa vie. »

La sœur : - « Cheikh, les sœurs m’ont exposé certaines causes ou certaines situations diverses : Par exemple une sœur dit : « Moi et mon mari, nous sommes de jeunes mariés et voulons apprendre à nous connaître... »

Le Cheikh : - « Non ma fille, ces excuses sont nulles. »

La sœur : - « Nulles... »

Le Cheikh : - « Nulles, fausses, car parmi le bien-fondé du mariage, il y a le fait d’avoir des enfants, la procréation, et dans le Hadith Sahih: « Mariez-vous, procréez, car je veux avoir la plus grande des communautés Le Jour du Jugement »
Et Pureté à Allah ! L’expérience montre que plus le couple a d’enfants et plus ils s’aiment, et les liens deviennent forts.


La sœur : - « Je vais vous exposer les autres situations de sorte que cela soit clair pour les sœurs... Une autre sœur dit qu’elle voudrait apprendre la science et une autre qu’elle voudrait travailler et une autre qu’elle ne veut pas avoir d’enfants dans un pays de mécréant et attend qu’Allah lui facilite la Hijra avant d’avoir des enfants.

Le Cheikh : - « Toutes ces raisons, ma fille, que les sœurs ont mentionnées ne sont pas des raisons légiférées, ce sont des excuses fausses, et tout enfant qui naît ne naît qu’après que ne soit écrite sa subsistance, ses oeuvres, son [âge], et s’il sera parmi les heureux ou les malheureux. »

La sœur : - « Qu’Allah vous récompense de la meilleure façon... Et si une femme se fait violer, lui est-il permis d’avorter dans ce cas? »

Le Cheikh : - « Avant que le fœtus ne finisse son étape de « Noutfa », c’est à dire avant que l’âme ne soit insufflée, certains savants disent qu’il n’y a pas de mal »

La sœur : - « Qu’Allah vous récompense de la meilleure façon »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-mariage-en-islam.forumpro.fr
le mariage en islam
Admin


Nombre de messages : 317
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: Diverses questions quand à la prise de la pilule   Sam 5 Jan - 2:25

L’utilisation de la pilule rendant la femme stérile dans le but d’élever ses enfants Shaykh Al Fawzan ( hafidhahoullah )




Question :

A quel moment la législation permet-elle l’utilisation de la pilule rendant la femme stérile dans le but d’élever correctement ses enfants en bas âge ?

Réponse :

Il n’est pas permis d’utiliser des pilules destinées à rendre la femme stérile, sauf en cas extrême ; s’il est établi au préalable par les médecins que la grossesse peut provoquer la mort de la mère.

>>>> Toutefois, si celle-ci voulait utiliser des pilules uniquement pour retarder ses grossesses, il n’y a pas de mal à cela en cas de besoin.





Si par exemple, sa santé ne lui permet pas de rapprocher les grossesses, ou si la grossesse devait porter préjudice à l’allaitement ; à la condition toutefois que ces pilules destinées à retarder les grossesses ne rendent pas la femme stérile. Il n’y a donc aucun mal à cela en cas de besoin, en veillant à consulter au préalable un médecin spécialisé.

Fatwa du Shaykh Al Fawzen tirée de son recueil de fatwas

Tome 3 n°452








quel est le statut concernant le fait d’utiliser un moyen de contraception pour une durée au-delà de deux ans en sachant que le mari est d’accord

Shaykh 'Abdessalam Ibnu Barjiss








Il est autorisé de prendre la pilule même pour une longue durée, à condition que cela se fasse sous la surveillance d’un médecin pour éviter tout danger pouvant porter atteinte à l’utérus de la femme et à des éventuelles futures grossesses.




Si le docteur prescrit qu’il n’y aucun risque à le faire pour le corps de la femme prenant régulièrement la pilule pendant une période d’un ou deux ans, dans ces conditions, il est autorisé d’en prendre si Allah le veut, tant que le mari est d’accord et qu’il y a un intérêt pour le couple à le faire.






Emission tv (cheikh 'Abdessalam Ibnu Barjiss)






Cassette de Shaykh Al Albani ( rahimahoullah)






Il y a également une K7 de chikh Al bani dans laquelle il dit :

Qu'il est permis de les utiliser si ce n'est pas pour des causes financières (pauvreté...): se dire je vais avoir beaucoup d'enfants, comment vais je faire pour financer les frais...etc. dans ce cas il est interdit de les utiliser.

Mais le couple veut les utiliser pour controles les dures entre les deux naissances, ou pour des problèmes de santé chez la mères...etc dans ce cas il faut voir si ces produits contraceptifs constitue un danger pour la santé de la femme.

En somme, il faut toujours detailler dans ce genre de fawta.

la K7 s'appelle : les pilules contraceptives
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-mariage-en-islam.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Diverses questions quand à la prise de la pilule   Aujourd'hui à 21:10

Revenir en haut Aller en bas
 
Diverses questions quand à la prise de la pilule
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Diverses questions : FAP/Teintes etc..
» diverses questions
» Moov et compta... diverses questions
» Questions aux mamans de crevettes
» Questions diverses et variées, sur stages et formations

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Mariage en Islam :: LES DROITS ,LES DEVOIRS,L'ÉDUCATION :: LES ENFANTS-
Sauter vers: